Chers,

La semaine dernière, ou bien celle d’avant, me désolant de la désaffection du blogue, j’avais penser vous dispenser un cours de bouche-à-oreille (positions, distance, volume, articulation, contenu). Je m’étais amusé des visiteurs venus de Gougueule et sans doute déçus de trouver là une tentative de littérature, quand ils cherchaient la réponse directe et précise à leur question univoque. J’avais alors inséré la liste des requêtes les plus fréquentes, et cunnilinctus comment faire y figurait en bonne position.

Ce qui est vraiment rigolo, c’est qu’ayant cité cunnilinctus comment faire dans ce précédent billet, même pour n’en pas parler, mes pages se trouvent précisément mieux classées comme réponse à la requête cunnilinctus comment faire. Les visiteurs qui recherchent cunnilinctus comment faire sont déçus, sans doute, mais contribuent à améliorer mes statistiques, et font passer mes pages comme une réponse pertinente à cette question portant pourtant sur un tout petit territoire : cunnilinctus comment faire.

J’y gagne de nouveaux visiteurs, peu de lecteurs.

Semaine écoulée sans commentaire, mais des courriers, qui disent que vos parents aussi avaient des gestes, ou bien qu’ils n’en n’avaient pas.

Cette semaine-ci, encore une histoire de geste [1] :

Un chagrin
me rappelle
un geste venu de l’enfance

La semaine prochaine, nous prendrons le métro et nous ne penserons pas à Zazie.

Notes

[1] Faut-il le rappeler, les çmr ne sont jamais d’actualité, chacun est publié un an environ après sa rédaction