Chers,

Une semaine à peine s’est écoulée, et voilà que sept jours se sont enfuis ! Que le temps passe vite…

Vous avez mis à profit cet intervalle pour m’informer :

  • que la rumeur dit une chose et que la réalité la contredit,
  • que les essuie-glace peinent à balayer les traces des chevreuils qui viennent s’y écraser,
  • que Salvador Dali embrassait les chevreuils sur la bouche.

Vous avez aussi et surtout publié des remembrances mémorables — non, ce n’est pas un pléonasme — et qui appellent une réponse et un écho.

  1. Une réponse : stickophile, stickphile ou stickphiliste. La source se trouve dans le Larousse.
  2. Un écho : je me demande ce que deviennent nos collections d’enfant. Où donc sont passé mes billes (oui, j’ai perdu mes billes) ? mes autocollants ? mes médailles ? mes timbres ? À quel moment, pourquoi, comment de précieux trésors sont-ils redevenus pour moi la matière inerte dont ils étaient faits (carton, plastique, métal, verre) ? Comment les objets l’ont-ils su ? Quel chemin ont-ils emprunté pour disparaître ?

Cette semaine, nous verront qu’on peut être négligent, même quand on coupe les cheveux en quatre :

Couper les cheveux de Marius
me rappelle
un train de vie, le parfum de l’eau de rose, et que les adultes ne croient pas les enfants

La semaine prochaine, on aura besoin d’un plus petit que soi.