Chers,

  • Vous me racontez une belle histoire que je rapporte à mon tour : il y avait à l’institut Louis Braille des WC sans lumière et sans portes ; « pas besoin, ils ne voient pas clair ! »
  • Une fois encore, on aime le dernier paragraphe — ça me rappelle Hiroshima, mon amour qui, sept fois, m’avait réjoui. Sept fois j’avais cru que c’était bientôt fini.
  • Les dames-pipi sont parties, mais leurs fantômes hantent encore les toilettes d’Orly et demanderont des sous à Yves quand il voudra pisser, jusqu’à la tombe et peut-être au-delà.

Quoi d’autres ?

Des remembrances, opinions et autres considérations partagées sur le blogue :

Cette semaine, nous nous efforcerons, après avoir parlé de la manière moderne de parler, d’en parler à la manière moderne :

Les mots vidés
me rappellent
l’odeur des mots

Je vous invite à compléter cette lecture par celle-ci : http://norvig.com/Gettysburg/. Lire jusqu’à la fin, y compris les notes de l’auteur (c’est sans doute plus drôle pour les Américains, le discours d’Abraham Lincoln est un jalon de leur histoire).

La semaine prochaine, Goliath mettra la pâtée à David.