Chers,

Cette semaine,

  • il y en a une qui a craint que les çmr ne fussent des écrits posthumes,
  • il y en a une autre qui m’explique le chuuuut.

Et puis, vos remembrances, quelques souvenirs décollés par la raclette d’un çmr et que vous êtes venu punaiser ici :

  • Loderlo ouvre son gros carnet d’adresses ;
  • Hamack écrit touffu, je m’émerveille à l’évocation de l’odeur de l’haleine de chiot — jamais je n’avais pensé que cela eût une odeur spécifique, qu’on pût la connaître, la distinguer, l’évoquer ; certains hommes sont plus vivants que moi ;
  • Chris rallume la britannique télévision de sa jeunesse ;
  • La Vespérale Estelle évoque le nom des professeurs, ceux qu’elle a oubliés, ceux dont elle se souvient : « musique et chahut », « odeur d’ail », « têtard pourri », il semble qu’il vaille mieux être oublié.

Je l’ai déjà dit, j’aime vous lire ici, être le caillou qui fait ces ronds dans l’eau de vos mémoires.

Cette semaine,

Le rouge sur ses joues
me rappelle
des pronostics,
du brouillard
et du rouge sur la table

La semaine prochaine, j’écris bien.