Chers,

La semaine dernière, j’ai contribué à préserver le caractère quasi-quotidien d’une image iconoprive (me dit le photopasgraphe, mais il dit ça à tout le monde).

Une suppute que les tempêtes existent moins, tout au moins dans son micro-climat intime.

Et c’est tout.

La Vespérale Estelle relate ici ses propres ressassements inféconds. Avant d’entrer dans la nuit y affronter nos cauchemars, nous jetons sur la veille un regard aussi inquiet — peut-être ce monde fait-il moins peur, mais l’éveil ne pourra pas nous en préserver.

Cette semaine, pour être aimé tel que je suis, je deviens un autre :

L’ail, l’oignon et le poivron
me rappellent
l’abdication

La semaine prochaine, je subirai des dommages irréparables.