Chères, chers,

Vous congez, aussi ne ditez-vous guère des choses lors de vos semaines vacantes.

Ah ! Si : tante Fred m’affirme que clugué, tiroluré, la soupe est chaude.

Et au chapitre des remembrances nouvelles ou de circonstance :

J’avoue avoir une tendresse pour les contributions de la Vespérale Estelle qui, depuis quelques temps déjà, répond à la double invitation que sont les çmr, celle de se souvenir, puis celle d’en faire… j’ose le mot ? de la littérature. Il est si difficile de ne pas abîmer l’intimité en la rendant publique.

Et maintenant que nous approchons du tout dernier çmr, je voudrais remercier les auteurs des 363 remembrances publiées sur le site en écho à 172 çmr, et les émetteurs des quelques centaines de de-vous-à-moi. Sans vous, mon caillou lancé chaque semaine m’aurait semblé ne faire que des ronds dans l’eau, et sans doute n’aurais-je pas poursuivi pendant trois ans, trois mois et trois rogatons.

Cette semaine,

Une image quotidienne
me rappelle
que des livres me rappellent des gens

Et la semaine prochaine, vous saurez comment j’ai accédé à la notoriété.