Chères, chers,

Beaucoup de jolies choses, vous m’avez dites, suite à l’annonce de la fin des çmr. C’était très émouvant, merci à chacun et à chacune qui. J’aurais dû arrêter les çmr plus souvent.

Pour conclure, je tente de me rappeler pourquoi j’écris :

L’absence d’un livre
me rappelle
que j’ai été un futur écrivain

La semaine prochaine ? La vie après la mort. Non, pas la résurrection des çmr : les bonus.